Sutta Tipaka


Anapanasati Sutta (MN 118) 

L'enseignement de l’attention à la respiration


roue



Texte basé sur la traduction du vénérable Thich Nhat Hanh 
avec l’aimable autorisation de « la Maison de la Pleine Conscience » de Montréal 



Ainsi ai-je entendu :

En ce temps-là, le Bouddha était encore à Savatthi et il demeurait dans le Parc de l'est avec ses principaux disciples comme Sariputta, Mahamoggallana, Mahakassapa, Mahakaccayana, Mahakotthita, Mahakappina, Mahacunda, Anuruddha, Revata et Ananda. Dans la communauté, les bhikkhu (moines) plus anciens s’occupaient d’enseigner aux plus jeunes ; certains à une dizaine d’entre eux, d’autres à une vingtaine, d’autres encore à une trentaine ou une quarantaine. Les jeunes bhikkhu faisaient ainsi beaucoup de progrès.

C’était une nuit de pleine lune à la fin de la saison de la Retraite des Pluies et la cérémonie de Pavarana (clôture de la retraite) avait lieu. Le Bouddha, assis à l’extérieur, entouré de l’assemblée des moines, après les avoir silencieusement regardés, dit :

« Vénérables moines, je suis très satisfait en observant les résultats que vous avez obtenus de votre pratique.

« Néanmoins, soyez plus diligents ; ce que vous n’avez pas atteint, vous pouvez l’atteindre ; ce que vous n’avez pas réalisé, vous pouvez le réaliser. Je vais rester ici, à Savatthi, jusqu’au jour de la pleine lune, à la fin du quatrième mois de la retraite. »

Ayant entendu dire que le Bouddha resterait à Savatthi jusqu'au jour de la pleine lune du quatrième mois de la retraite, les bhikkhu qui étaient partis pour enseigner le Dhamma à travers le pays commencèrent à revenir à Savatthi pour étudier avec lui. A cette occasion, les moines les plus anciens redoublèrent d’attention envers les plus jeunes. Certains enseignant à une dizaine, d’autres à une vingtaine, d’autres encore à une trentaine ou une quarantaine. Grâce à cela, les jeunes bhikkhu firent des progrès considérables.

Lorsque la pleine lune suivante arriva, le Bouddha, assis à l’extérieur avec les moines, après les avoir regardés silencieusement, leur dit :

« Vénérables moines, notre communauté est pure et bonne. En son sein, il n’y a nul besoin de bavardages prétentieux et inutiles, et c’est pourquoi elle est digne de recevoir des offrandes et d’être considérée comme un champ de mérite. Elle est digne de respect. Une telle communauté est rare, et tout pèlerin qui la cherche, aussi long que soit le voyage qu'il doit accomplir, cherchera à y prendre refuge et la trouvera digne de respect.  

« Moines, il y en a parmi vous qui ont déjà pleinement réalisé l’état d’Arahant (Etre totalement et pleinement Eveillé), détruit chaque racine d’affliction, déposé tout fardeau et atteint la compréhension et l’émancipation justes. D’autres, parmi vous, ont déjà brisé les cinq premiers liens de l’esclavage et pleinement réalisé l’état de Non-retour dans le cycle des naissances et des morts.

« Il y a ceux qui se sont libérés des trois premiers liens de l’esclavage et ont pleinement réalisé l’état de Dernier retour. Ils ont coupé les principales racines de l’avidité, de la haine et de l’ignorance et n’ont besoin de retourner qu'une seule fois dans le cycle des naissances et des morts. Il y a ceux qui se sont libérés des trois liens de l’esclavage et ont atteint l’état de l’Entrée-dans-le-courant, se dirigeant fermement vers l’état d’Eveillé. Il y a ceux qui pratiquent les Quatre établissements de la Pleine conscience. Il y a ceux qui pratiquent les Quatre efforts justes et ceux qui pratiquent les Quatre Bases de la réussite. Il y a ceux qui pratiquent les Cinq facultés, ceux qui pratiquent les Cinq pouvoirs, ceux qui pratiquent les Sept facteurs d’Eveil, et ceux qui pratiquent le Noble Octuple Sentier. Il y a ceux qui pratiquent l’Amour bienveillant, ceux qui pratiquent la Compassion, ceux qui pratiquent la Joie et ceux qui pratiquent l’Equanimité. Il y a ceux qui pratiquent les Neuf Contemplations et ceux qui pratiquent l’observation de l’Impermanence. Il y a aussi des bhikkhu qui pratiquent déjà la Pleine conscience de la Respiration.  

« Moines, la méthode qui consiste à contempler sa respiration, apportera de grands bénéfices et de grands avantages si elle est développée et pratiquée régulièrement. Elle amènera le succès dans la pratique des Quatre Etablissements de la Pleine conscience. Si la méthode des Quatre Etablissements de la Pleine conscience est développée et pratiquée régulièrement, cela amènera à la réussite dans la pratique des Sept facteurs d’Eveil. Les Sept facteurs d’Eveil, s'ils sont développés et pratiqués régulièrement, feront naître la compréhension et engendreront la libération de l’esprit.

« Comment développer et pratiquer régulièrement la méthode de la Pleine conscience de la Respiration afin que la pratique porte ses fruits et soit source de grands bienfaits ? Cela se passe ainsi, moines : le pratiquant va dans la forêt ou au pied d’un arbre dans un endroit désert; il s’assied dans la posture du lotus, le corps stable et droit, la Pleine conscience établie devant lui. Lorsqu’il inspire, il sait qu’il inspire ; lorsqu’il expire, il sait qu’il expire.

1. En inspirant longuement, il sait : ‘J’inspire longuement’. En expirant longuement, il sait : ‘J’expire longuement’.

2. En inspirant brièvement, il sait : ‘J’inspire brièvement’. En expirant brièvement, il sait ‘J’expire brièvement’.

3. ‘J’inspire et je suis conscient de tout mon corps. J’expire et je suis conscient de tout mon corps’. C’est ainsi qu'il pratique.

4. ‘J’inspire et j'apaise mon corps tout entier. J’expire et j'apaise mon corps tout entier’. Ainsi pratique-t-il.

5. ‘J’inspire et je me sens joyeux. J’expire et je me sens joyeux’. Ainsi pratique-t-il.

6. ‘J’inspire et je me sens heureux. J’expire et je me sens heureux’. Ainsi pratique-t-il.

7. ‘J’inspire et je suis conscient de mes formations mentales. J’expire et je suis conscient de mes formations mentales’. Ainsi pratique-t-il.

8. ‘J’inspire et je calme mes formations mentales. J’expire et je calme mes formations mentales’. Ainsi pratique-t-il.

9. ‘J’inspire et je suis conscient de mon mental. J’expire et je suis conscient de mon mental’. Ainsi pratique-t-il.

10. ‘J’inspire et je rends mon esprit heureux. J’expire et je rends mon esprit heureux’. Ainsi pratique-t-il.

11. ‘J’inspire et je concentre mon mental. J’expire et je concentre mon mental’. Ainsi pratique-t-il.

12. ‘J’inspire et je libère mon mental. J’expire et je libère mon mental’. Ainsi pratique-t-il.

13. ‘J’inspire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes. J’expire et j’observe la nature impermanente de tous les phénomènes’. Ainsi pratique-t-il.

14. ‘J’inspire et j’observe la disparition progressive du désir. J’expire et j’observe la disparition progressive du désir’. Ainsi pratique-t-il.

15. ‘J’inspire et je contemple la nature non née et non morte de tout phénomène. J’expire et je contemple la nature non née et non morte de tout phénomène’. Ainsi pratique-t-il.

16. ‘J’inspire et je contemple le lâcher-prise. J’expire et je contemple le lâcher-prise’. Ainsi pratique-t-il.

« Pratiquée et développée régulièrement selon ces instructions, la Pleine conscience de la Respiration portera ses fruits et sera source de grands bienfaits. »

« De quelle manière pouvons-nous développer et pratiquer régulièrement la pleine attention à la respiration pour réussir à pratiquer les Quatre Etablissements de la Pleine conscience ?

« Quand le pratiquant inspire ou expire longuement ou brièvement, conscient de sa respiration ou de tout son corps, ou bien conscient qu’il calme et qu’il apaise tout son corps, il s’établit paisiblement dans l’observation du corps dans le corps, persévérant, complètement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Premier Etablissement de la Pleine conscience : l’attention au corps.

« Quand le pratiquant inspire ou expire, conscient de la joie ou du bonheur, des formations mentales ou pour apaiser les formations mentales, il s’établit paisiblement dans l’observation des sensations dans les sensations, persévérant, complètement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Second Etablissement de la Pleine conscience : l’attention aux sensations.

« Quand le pratiquant inspire ou expire, conscient de son mental ou pour rendre son mental heureux ou pour rassembler son mental en concentration, ou pour libérer son mental, il s’établit paisiblement dans l’observation du mental dans le mental, persévérant, complètement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Troisième Etablissement de la Pleine conscience : l’attention au mental. Sans la pleine attention de la respiration, il ne peut pas y avoir de développement, de stabilité et de compréhension dans la méditation.

« Quand le pratiquant inspire ou expire et contemple l’impermanence essentielle, ou la disparition essentielle du désir, ou la nature non née et non-morte de tout phénomène, ou encore le lâcher-prise, il s’établit paisiblement dans l’observation des objets du mental dans les objets du mental, persévérant, complètement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie. Ces exercices de respiration avec pleine attention appartiennent au Quatrième Etablissement de la Pleine conscience : l’attention aux objets du mental.

« La pratique de la Pleine attention à la respiration, si elle est développée et régulière, conduira à l’accomplissement parfait des Quatre Etablissements de la Pleine conscience. »

« De plus, si les Quatre Etablissements de la Pleine conscience sont développés et pratiqués régulièrement, ils conduiront à l’établissement dans les Sept Facteurs d’Eveil. Comment cela ?

« Quand le pratiquant peut maintenir, sans être distrait, la pratique de l’observation du corps dans le corps, des sensations dans les sensations, du mental dans le mental, des objets du mental dans les objets du mental, persévérant, complètement éveillé, comprenant clairement son état, ayant abandonné tout attachement et toute aversion pour cette vie, avec une stabilité méditative, sans défaut, résolu et imperturbable, il atteindra le premier facteur d’Eveil, c’est-à-dire la Pleine conscience. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand le pratiquant peut s’établir dans une stabilité méditative sans être distrait et peut analyser chaque dhamma — chaque objet du mental qui apparaît — alors le second facteur d’Eveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’Analyse des phénomènes. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand le pratiquant peut observer et analyser chaque phénomène de manière continue, persévérant et résolu, sans être distrait, le troisième facteur d’Eveil naîtra et se développera en lui : le facteur de l’Energie. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand le pratiquant s’établit de manière stable et imperturbable dans le courant de la pratique, le quatrième facteur d’Eveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Joie. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand le pratiquant s’établit sans distraction dans l’état de joie, il sentira son corps et son mental légers et paisibles. A ce moment, le cinquième facteur d’Eveil naîtra et se développera en lui : le facteur du Calme mental. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand corps et mental sont à l’aise, le pratiquant peut entrer facilement dans la concentration. A ce moment, le sixième facteur d’Eveil naîtra et se développera en lui : le facteur de la Concentration. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Quand le pratiquant s’établit en concentration dans un calme profond, il arrêtera de discriminer et de comparer. A ce moment, le septième facteur d’Eveil est produit, naît et se développe en lui : le facteur du Lâcher-prise, de l’Equanimité. Quand il sera développé, ce facteur atteindra la perfection.

« Voici comment les Quatre Etablissements de la Pleine conscience, s’ils sont développés et pratiqués régulièrement, conduiront à l’établissement parfait dans les Sept Facteurs d’Eveil. »

« Comment les Sept Facteurs d’Eveil, lorsqu’ils sont développés et pratiqués régulièrement, conduisent-ils à l’accomplissement parfait de la compréhension vraie et de la Libération complète ?

« Si le pratiquant suit la voie des Sept Facteurs d’Eveil, vivant en reclus dans la tranquillité, observant et contemplant la disparition du désir, il développera la capacité de lâcher-prise et d’équanimité. Ce sera le résultat de la pratique du chemin des Sept Facteurs d’Eveil et cela le conduira à l’accomplissement parfait de la compréhension vraie et de la Libération complète. »

Voilà ce que le Bouddha, l’Eveillé dit. Ayant entendu ces enseignements, chacun dans l’assemblée exprima de la gratitude et de la joie.